Le collodion humide

Le collodion humide est un procédé photographique inventé par Frederick Scott Archer en 1851 qui eut une grande popularité chez les photographes jusqu’en 1880. Il permettait d’obtenir des clichés sur plaques de verre ou de métal d’une grande finesse et de rendre une gamme de gris particulièrement étendue.

Il présentait toutefois un inconvénient majeur : le négatif devait être préparé, exposé, puis développé en un temps très court, car une fois sec il devenait insensible. Selon les conditions de température et d’humidité ambiantes, l’opération ne devait pas dépasser de 15 à 30 minutes au total.

 

Israel Ariño, à côté d'une chambre photographique du XIXème siècle, permettant de réaliser des photographies au collodion 40 x 50 cm

 

 

Photographies au collodion réalisées par l’Atelieretaguardia lors de la mission « Héliographie Contemporaine » à Barcelone en 2010