Exposition à venir

Du 15 novembre 2018 au 9 janvier 2018 : « Des aires de solitudes » – Photographies Arnaus Roiné

Vernissage jeudi 15 novembre à 18h30

Le jour se lève doucement sur ce village d’éleveurs, il accompagne les jeunes gardiens de troupeaux qui mènent leurs bêtes au puits. Le désert est partout ici, et malgré tout, la vie existe, résiste. Les soldats français et burkinabais se sont installés pendant la nuit. Ils doivent fouiller ce petit village frontalier entre le Mali et le Burkina Faso à la recherche d’un chef terroriste. Une aiguille dans une botte de foin.

Des français bien loin de chez eux. Au Mali ou encore en Centrafrique, ils sont chargés de surveiller et de contrôler des territoires de plusieurs millions de kilomètres carrés. Pour cela ils ont la technologie, les satellites, les drones, les avions qui leur permettent d’avoir une certaine suprématie. Ils ont les connaissances des armées régulières qu’ils sont venus soutenir. Mais rien ne remplace la présence physique. Il faut « occuper le terrain ».

Les longues journées de patrouilles s’enchainent, au milieu de déserts somptueux ou de forêts luxuriantes. Les habitants qu’ils croisent sont souvent suspicieux, craintifs voire hostiles. Les regards sont durs et le pas s’accélère à la vue des véhicules blindés. Dans ces contrées L’homme en arme est toujours une source de problème. Et le soldat français, parce qu’il ne peut pas prendre parti, n’est pas un ami.

Entre ces périodes de surveillance, de contrôle, il faut tenter de se reposer, de retrouver un semblant de « maison » alors qu’ils ne sont que de passage. Ils recréent un petit bout de chez eux dans l’espace restreint qui leur est laissé dans des tentes mal climatisées cernées de remparts érigés pour les protéger.

2013ECPA006A048_019

17005_03

17008_07